"The siege of Jadotville" de Richie Smyth : une histoire qu’il fallait raconter.

Par l'equipe Togociné 31 janvier 2018

Raconter une histoire méconnue, voilà l’objectif du réalisateur irlandais Richie Smyth sur ce film de guerre. Nous sommes en 1961 au Congo, plus précisément dans la ville de Jadotville où se sont opposées durant 5 jours les armées irlandaise de l’Opération des Nations unies et celle du Katanga composée notamment de mercenaires français et belges à la solde des compagnies minières. Soit 150 hommes aux ressources limités face à… 3000 soldats. Cet événement que l’on qualifie de "siège de Jadotville" a été passé sous silence par le gouvernement irlandais.

Jadotville signe la première réalisation de Richie Smyth. Et pourtant, le metteur en scène est plutôt populaire en Irlande. Avant de travailler dans le cinéma, Smyth était photographe de mode et a fait ses armes le monde de la musique. Il a notamment réalisé certains clips de Bon Jovi, The Verve ou encore U2.

SYNOPSIS
Suite à l’assassinat du Premier ministre Lumumba, les troupes irlandaises des Nations Unies sont envoyées au Congo sur un mandat de maintien de la paix des Nations Unies, supervisé par le secrétaire général Dag Hammarskjold et Conor Cruise O’Brien. Le commandant Pat Quinlan est en charge d’un bataillon de casques bleus stationnés près de Jadotville au Katanga. Pendant son séjour à Jadotville, Quinlan rencontre le mercenaire français René Paulques qui défend les intérêts miniers. Il parle également à un colon belge, Madame LaFongagne, qui lui dit que les compagnies minières sont mécontents de Lumumba et sont déterminés à défendre leurs intérêts. Ailleurs, les forces des Nations Unies lancent une attaque contre les Kataganais. Les forces kataganaises, en conjonction avec des mercenaires sous Paulques, attaquent les Irlandais à Jadotville.

"The siege of Jadotville" de Richie Smyth : une histoire qu’il fallait raconter.

Par l'equipe Togociné 31 janvier 2018

Raconter une histoire méconnue, voilà l’objectif du réalisateur irlandais Richie Smyth sur ce film de guerre. Nous sommes en 1961 au Congo, plus précisément dans la ville de Jadotville où se sont opposées durant 5 jours les armées irlandaise de l’Opération des Nations unies et celle du Katanga composée notamment de mercenaires français et belges à la solde des compagnies minières. Soit 150 hommes aux ressources limités face à… 3000 soldats. Cet événement que l’on qualifie de "siège de Jadotville" a été passé sous silence par le gouvernement irlandais.

Jadotville signe la première réalisation de Richie Smyth. Et pourtant, le metteur en scène est plutôt populaire en Irlande. Avant de travailler dans le cinéma, Smyth était photographe de mode et a fait ses armes le monde de la musique. Il a notamment réalisé certains clips de Bon Jovi, The Verve ou encore U2.

SYNOPSIS
Suite à l’assassinat du Premier ministre Lumumba, les troupes irlandaises des Nations Unies sont envoyées au Congo sur un mandat de maintien de la paix des Nations Unies, supervisé par le secrétaire général Dag Hammarskjold et Conor Cruise O’Brien. Le commandant Pat Quinlan est en charge d’un bataillon de casques bleus stationnés près de Jadotville au Katanga. Pendant son séjour à Jadotville, Quinlan rencontre le mercenaire français René Paulques qui défend les intérêts miniers. Il parle également à un colon belge, Madame LaFongagne, qui lui dit que les compagnies minières sont mécontents de Lumumba et sont déterminés à défendre leurs intérêts. Ailleurs, les forces des Nations Unies lancent une attaque contre les Kataganais. Les forces kataganaises, en conjonction avec des mercenaires sous Paulques, attaquent les Irlandais à Jadotville.

Autres Rubriques

Bande Annonce

Dans la meme rubrique